Comment atteindre ses objectifs efficacement ?

atteindre ses objectifs
Je vais vous raconter l’histoire de Léa, que j’ai rencontrée il y a deux ans. Léa était en première S. Elle avait un projet professionnel qui lui tenant énormément à cœur, elle voulait être vétérinaire. Pour être vétérinaire, elle voulait passer par une classe préparatoire BCPST, qui se prépare en deux ans et passer le concours des écoles vétérinaires.

Pour rentrer dans cette classe préparatoire, il faut avoir un très bon dossier et ce dès la première, croit-elle. (Pour ma part, quand j’étais professeur en classes préparatoires au lycée Fermat à Toulouse, quand on sélectionnait les dossiers on regardait les résultats de terminale. C’était tout à fait exceptionnel qu’on regarde le dossier de première, et c’était toujours dans l’idée de « rattraper » une remarque négative d’un professeur de terminale. Mais bon, ce qui est vrai, c’est que l’entrée en prépa est sélective).

Donc l’objectif de Léa c’est d’avoir de très bonnes notes en maths. Elle travaille énormément. Chez elle, elle réussit tous les exercices de maths. Seulement voilà, quand elle arrive devant sa copie, elle se plante lamentablement. Elle est tellement stressée, se met tellement de pression, pense tellement au but (avoir un bon dossier), qu’elle se retrouve totalement incapable de réfléchir devant sa copie et de rendre quelque chose de correct.

C’est à nouveau une histoire de triangle dramatique. (Voir mon article précédent).

triangle des émotions

Elle pense qu’elle doit absolument réussir son épreuve de maths, qu’elle n’a pas le droit à l’erreur. Elle est angoissée et stressée (c’est une question de vie ou de mort pour elle). Donc son comportement en devoir est le blocage, elle ne fait presque rien. Et pendant l’épreuve, elle voyage à toute allure dans ce triangle.

Comment en sortir ?

Si on lui dit « mets toi moins de pression », cela ne sert strictement à rien, sinon à rajouter encore un peu de pression (je ne dois pas me mettre de pression).

« Fais toi confiance ! », « Ce n’est pas grave si tu ne deviens pas vétérinaire! », sont des phrases elles aussi totalement inefficaces. (Elle entend : « en plus je suis nulle, je n’arriverai pas à être vétérinaire! »)

Voici une méthode en 4 points.

Méthodologie pour réaliser ses ambitions

1. Se centrer sur l’objectif

On passe une première séance sur l’objectif. On s’imagine l’avoir atteint.

Par exemple, Léa apprend qu’elle est reçue à l’école vétérinaire: Comment ça se passe ? Où est-elle ? Qu’est-ce qu’elle ressent ? Qu’est-ce qu’elle va faire en premier ? Juste après ?

On peut prolonger la séance par de la visualisation à plus long terme : elle est vétérinaire, où est son premier poste ?

Qu’est-ce qu’elle devient dans 5 ans, dans 10 ans ? Qu’est-ce qui la rend particulièrement heureuse, fière dans son activité ?

,etc.

Et passer du temps à savourer cet état de bien-être induit par ces projections agréables.

2. Et si on n’atteint pas l’objectif ?

Au cours d’une deuxième séance, si la pression est extrêmement forte, si la peur s’exprime avec son lot de croyances (« si j’échoue ma vie sera foutue »), je propose « la traversée de la peur »!

la vallée de la mort

Je repense à une autre de mes clientes, Laurie, qui était élève du lycée Fermat en prépa ECS, une classe préparatoire qui prépare aux écoles de commerce. Elle était absolument en panique à l’idée d’échouer. Sa vie serait une catastrophe, impossible de continuer, etc. Les « tu vas y arriver » and co ne servaient qu’à l’angoisser un peu plus.

Je lui ai demandé de se projeter mentalement le jour des résultats. Je lui dis « le téléphone sonne, et on t’annonce que tu as tout raté. Qu’est-ce qui se passe ? »

– « Arghhh ! Non ! Ce n’est pas possible, je meurs ! ».

– « Ok, donc, là sur le coup tu meurs ? »

– « Non, mais c’est terrible, je m’écroule ! »

– « Ok, tu tombes par terre ? Tu te roules par terre ? »

– « Oui, c’est ça, je crie, je pleure, je tape par terre, je reste prostrée ».

– « Ok, combien de temps? Toute la journée? La journée et la nuit ? Deux jours entiers ? »

– « Non, en fait, je me relève. »

Voilà l’idée. Elle s’est rendue compte par elle-même que « sa vie ne serait pas foutue » et ça lui a permis de faire énormément retomber la pression, et devenir plus efficace. Elle m’a dit la séance suivante que cela lui avait redonné confiance, que cela avait mis de la légèreté dans son quotidien.

3. Prévoir un rétro-planning pour atteindre l’objectif

Une fois que l’objectif est bien intégré, une fois que la pression est retombée, on peut travailler sur un programme. On prévoit un rétro-planning :

– « Tu veux intégrer une école d’ingénieur, pour ça qu’est-ce que tu dois faire ? »

– « Réussir les concours. »

– « Pour réussir les concours qu’est-ce que tu dois faire ? »

– « Etre en forme le jour des épreuves, connaître mon cours, avoir fait plein d’exercices. »

– « Connaître son cours ça veut dire quoi? Comment vas-tu faire ? »

– « Faire plein d’exercices: combien ? Pendant combien de temps ? A quel moment? »

– « Pour être en forme, comment s’y prendre ? »

  • Pour être en forme, je dois arrêter de travailler trois jours avant les concours, et me reposer. Je dois aussi avoir une bonne hygiène de vie toute l’année et continuer à faire du sport, m’alimenter correctement, et dormir. Programme: une fois par semaine, le vendredi soir, je vais courir une heure le long de la Garonne, je ne me couche jamais après minuit, travail fini ou pas, je m’accorde une demi-journée par semaine pour me détendre, le samedi après-midi, je mange à la cantine tous les jours.
  • Pour connaître mon cours, d’abord le comprendre, en utilisant les cinq questions (voir la carte mentale ci-dessous), en imaginant que je fais le cours devant une classe, quelques conseils dans cet article, ou dans la brochure en vente sur la boutique.
  • Pour les exercices, je prends 20 minutes chaque soir pour faire du calcul, et une heure pour refaire certains exercices, un soir sur deux. Le dimanche matin je fais des problèmes de concours.

Comprendre_collège

Bien sûr c’est un exemple, on adapte à chaque objectif, scolaire ou non.

4. Oublier l’objectif

Une fois le programme bien établi, on oublie l’objectif! On se concentre sur les choses à faire, sur le programme établi, sur le processus.

C’est à cette condition que l’on sera efficace et que la pression ne nous empêchera pas de réfléchir le jour J.

Quel rapport avec le triangle ?

En se concentrant sur le processus, on se concentre sur le comportement. On change son comportement. ce qui induit un changement dans nos pensées, dans nos émotions, et donc dans notre comportement, Le tour (du triangle) est joué!

Bien sûr, je ne dis pas que c’est facile, mais c’est la seule façon d’y arriver.

Prenons l’exemple du tennisman qui met une balle de match dans le filet : à ce niveau de jeu, ce n’est pas un problème de technique. S’il met sa balle dans le filet à ce moment là, c’est que pendant une demie seconde il a pensé à la victoire (le but) au lieu de penser à son coup (le processus).

ambitions tennis sport

Je citerai pour finir cette phrase de René Egli, dans le principe LOL²A, éditions d’Olt (le meilleur livre sur le lâcher-prise à mon avis, et j’en ai lu pas mal!)

  1. Accepter l’état présent
  2. Ne jugez pas
  3. Ne pensez pas au chemin
  4. Ne luttez pas pour le but ou contre l’état présent
  5. Ne vous concentrez pas sur le but
  6. Ne doutez pas d’atteindre votre but

Inscrivez vous à la newsletter !