Utiliser les intelligences multiples dans les apprentissages

Les différents types d’intelligence:

Il y a huit sortes d’intelligence. Ce concept a été introduit par Howard Gardner, psychologue américain, en 1983. Pour lui, l’intelligence repose sur trois composantes :

  1. L’ensemble des compétences donnant la capacité de résoudre un problème.
  2. La capacité à imaginer et à créer un produit ou un service répondant à un besoin et à la culture d’une société donnée.
  3. La capacité à définir des problématiques, à rechercher de nouvelles solutions qui permettront d’acquérir de nouvelles compétences.

Un même individu possède plusieurs intelligences, ou toutes, mais à des degrés de développement divers. Les intelligences les plus valorisées dans le système scolaire sont l’intelligence logico-mathématique et verbale-linguistique. On peut quand même s’en sortir même si ce ne sont pas nos intelligences les plus développées, mais pour être à l’aise dans les apprentissages, il est bon de connaître quelles sont ses intelligences dominantes, et comment les utiliser pour faciliter l’apprentissage. Il est important aussi de développer ses intelligences les plus faibles.

Quelques idées pour utiliser les différents types d’intelligence en mathématiques :

Les idées qui suivent sont en grande partie tirée du livre: Vaincre ses difficultés scolaires grâce aux intelligences multiples, Renaud Keymeulen editions de boeck.

Linguistique: Décrire la formule en l’intégrant dans une histoire. Inventer des exercices. Faire des jeux de mots, des calembours ; écrire une histoire qui raconte les différentes étapes .
Outils : Reformulation, rire et humour. Ecrire un journal de la mémoire (tout ce qu’on a appris dans la journée).

Logico mathématique : Comprendre l’origine, le pourquoi de la formule. Savoir la transformer ; Définir précisément les différentes étapes.
Outils: Poser des questions (CQQCOQP : Comment, quoi, quand, combien, où, qui, pourquoi ?). Classer les éléments. Faire des associations d’idées, utiliser des moyens mnémotechniques.

Visuelle-spatiale: Visualiser mentalement les différentes formules et leurs modifications. Faire un graphique, concevoir un poster expliquant le mode opératoire pour résoudre un problème.
Outils : avoir un tableau blanc au-dessus de son bureau, sur lequel on fait la liste de ce qu’on a à faire, on y accroche des schémas, des post-it. Faire des schémas (pas des rébus). Faire des cartes mentales. Utiliser la méthode des lieux pour apprendre des formules.

Kinesthésique : Ecrire chaque formule sur une fiche et la signification de l’autre côté. Les avoir sur soi et les manipuler le plus souvent possible. Ecrire. Utiliser les mouvements des bras, des mains. Compter sur les doigts.
Outils: Mettre un tableau blanc à l’opposé du bureau, près de la porte ; changer de posture, bouger (par exemple écrire un énoncé sur le tableau quand on sort, le résoudre quand on rentre…). Faire des mimes, apprendre en mouvement. Jouer un rôle. Utiliser la voix. Faire de la relaxation.

Musicale : Mettre en scène et en musique. Enregistrer et écouter les cours, ou soi-même. Ecouter de la musique (de concentration plutôt). Chanter en rythme.

Intrapersonnelle : Percevoir ses forces et ses faiblesses par rapport aux différents exercices. Déterminer ses capacités et établir un plan d’action pour s’améliorer. Etablir des relations entre les exercices et sa vie quotidienne.
Outils : Se poser des questions sur sa capacité à résoudre les problèmes. Sur ce que va apporter la réalisation de cet exercice, épreuve.
Se poser des questions sur soi. Avoir conscience de soi, maîtriser ses émotions, s’accepter. On peut écrire un journal créatif sur ses apprentissages. Ce que l’on sait faire. Ecrire des textes d’autolouange. Faire des tests de personnalité pour se connaître.

Intrapersonnelle : Expliquer à l’autre, se faire expliquer. Travailler en groupe. Décrire à un autre tout ce qu’il doit faire pour résoudre l’exercice. Faire un brainstorming. Travailler en coopération.

Naturaliste : Analyser les différences entre les exercices. Préciser le processus de résolution. Ressemble aux outils des intelligences logico-mathématique et visuelle-spatiale. (Questions, schémas, carte mentale). Être en rapport avec l’environnement, notamment pour son cadre de travail.