Les danseurs

Je contemple les danseurs.

Ils tournoient gracieusement,

Ils élèvent leurs bras en corbeille,

Sautent et virevoltent,

De plus en plus vite.

 

Leurs gestes se font plus saccadés,

Leurs bras retombent, désarticulés.

Ils ne font plus rêver.

Ils sautent toujours très hauts,

Mais leurs visages sont tordus,

De douleur.

Quand ils retrouvent le sol,

On dirait qu’ils s’enlisent.

 

Je regarde les danseurs.

Je les enviais tout à l’heure.

Mais maintenant il me font peur.

Inscrivez vous à la newsletter !