Il n’y a pas de fatalité : je crois profondément que tout le monde peut réussir dans ses projets  et y trouver du plaisir et de l’épanouissement.


A l’école, je me suis beaucoup ennuyée. 

J’étais « une bonne élève », principalement pour ne pas  avoir d’ennui avec mes parents, avec les profs, mais ce que je faisais n’avait pas de sens.

En première, j’ai eu une révélation : j’ai découvert la psychanalyse grâce à un professeur de français. 

J’avais trouvé ma voie ! Je voulais devenir psychologue, pour rendre les gens plus heureux.

Problème :  mes parents s’y sont littéralement opposés !

Je suis donc allée faire des maths en classe prépa, avec l’objectif d’intégrer Normale Sup, pour gagner ma vie rapidement.

Ce qui fut fait. À 19 ans, j’étais libre et indépendante. Indépendante de mes parents, mais pas de mon employeur…

Je ne vais pas cracher dans la soupe, j’ai eu une super carrière de prof, j’ai enseigné 20 ans en classe prépa, c’était intéressant, gratifiant, et compatible avec la vie de famille.

Mais dans ma tête, ou dans mon cœur, j’avais une petite voie qui me murmurait que je n’étais pas à ma place…

On devient souvent prof parce qu’on aime une matière, et qu’on veut la transmettre (ou qu’on ne sait pas quoi faire d’autre de cette matière). Même si je n’étais pas passionnée par les maths, j’aimais bien. Mais peu à peu, le plus important pour moi est devenu le désir de faire réussir tous mes élèves.

Et là, les frustrations ont commencé. En classe prépa c’est difficile de s’intéresser à chaque élève, de répondre à ses questions, de l’amener au maximum de son potentiel. Il y a le programme à respecter, et 48 élèves dans la classe ! 

Je voyais bien que certains d’entre eux étaient bloqués, avaient perdu confiance, et que leur faire faire plus de maths n’était pas la bonne solution. J’avais envie d’agir différemment auprès des élèves, mais je ne savais pas comment.

Puis, un été, sur une plage de Bretagne, j’ai lu « Qui a peur des mathématiques ? », d’Anne Siety. 

Anne Siety est psychologue, spécialisée dans les difficultés en maths. En refermant le livre, je me suis dit « Voilà ce que j’aurais dû faire… », et soudain, ça s’est transformé en « voilà ce que je vais faire » !

Le chemin qui m’a amené à la création du Cabinet de mathématiques n’a pas été un long fleuve tranquille. Pas simple de quitter le statut de fonctionnaire… J’ai dû affronter mes doutes et mes peurs, passer d’une sécurité extérieure à une sécurité intérieure, faire des formations, trouver ma place. En plus, ce changement radical de vie professionnelle s’est accompagné d’un bouleversement de ma vie privée ! 

Cette crise est derrière moi, et tout ce chemin accompli m’a rendu plus forte, plus épanouie, pleine d’énergie. J’exerce un métier qui a du sens pour moi et mes activités d’accompagnement -en maths, en psychopédagogie, en coaching- me passionnent. 

Ce qui me fait vibrer, c’est accompagner un bout de chemin les personnes vers leur plein potentiel, les aider à dépasser leurs peurs et leurs blocages, afin qu’elles se sentent plus fortes et plus épanouies.

Mon expérience


Après avoir fait des études en classe préparatoire scientifique puis à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, j’ai obtenu l’agrégation de mathématiques, ainsi qu’un DEA (M2) d’informatique. J’ai commencé ma vie professionnelle en étant professeur de mathématiques en classe préparatoire HEC (on dit ECS maintenant) puis en « maths sup », au lycée Corneille à Rouen.

Ensuite, toujours en classe préparatoire, j’ai été professeur de mathématiques et d’informatique, au lycée Fermat en MPSI puis PC, PC*, puis en BL à Saint-Sernin. Je suis intervenue en école d’ingénieurs, aux Mines d’Albi. J’ai été membre de jurys de concours, en particulier de celui l’Agrégation de mathématiques, et d’écoles d’ingénieurs. Je suis encore actuellement membre du jury des concours CCP (Concours Communs Polytechniques) et membre du jury du concours de BD organisé par Images des Maths.

Ces expériences variées m’ont permis de rencontrer toutes sortes d’élèves, de bien connaître les rouages de l’Éducation Nationale, de voir de l’intérieur les attendus et les exigences des jurys de concours.

Pendant toutes ces années, j’ai réalisé que les difficultés en mathématiques avaient des origines diverses et parfois complexes. J’ai été touchée par la difficulté de certains élèves et leur manque de réussite, malgré leur motivation et leur travail. Le contexte de la classe et de l’évaluation ne me permettait pas de leur apporter une réponse efficace. J’ai eu envie de les accompagner individuellement, plus spécifiquement, sans avoir les contraintes des programmes et des échéances scolaires. Sans avoir non plus à mélanger apprentissage et évaluation.

Au lycée, un professeur s’occupe surtout du contenu, mais pour pouvoir apprendre, la tête ne suffit pas! Le professeur n’a en général ni le temps, ni les compétences, pour s’occuper de l’élève dans sa globalité, et de lui seulement, en le considérant pour lui-même, pour pouvoir entendre ses questions spécifiques et lui apporter des réponses sur mesure.

En 2015, après avoir suivi une formation de coach à l’IAE de Toulouse, j’ai quitté définitivement l’enseignement pour me consacrer avec joie à l’accompagnement individuel.

J’ai complété en 2016 cette formation par une formation de psychopédagogue positive à la Fabrique à bonheurs.
Être psychopédagogue positive c’est accompagner la personne en situation d’apprentissage (jeune ou adulte), dans toutes ses dimensions, tête, coeur, corps, pour lui permettre de trouver sa propre manière d’apprendre, de (re)trouver la joie d’apprendre, l’autonomie et la confiance.

Je suis passionnée par l’écriture, la pédagogie et le développement personnel. J’ai écrit avec Pierre Lopez « Parlez-vous maths ?« , livre dans lequel nous explorons avec humour et légèreté les ambiguïtés du langage mathématique. J’écris régulièrement des articles pour mon blog, pour la revue numérique « Images des Maths« , et je continue des projets plus personnels.

En 2017-2018, j’ai enseigné à l’ipst-cnam pour le  DAEUB, (diplôme d’accès aux études supérieures). J’enseigne régulièrement à la prépa des INP. Je suis également membre du jury des concours communs polytechniques, option MP. Je continue à me former dans le domaine du développement personnel et de l’accompagnement par de nombreuses lectures, des conférences, des ateliers, des formations.

Accompagner des personnes nécessite un grand sens des responsabilités et une déontologie forte. Mes valeurs essentielles sont respect, bienveillance, confidentialité.
Je suis suis membre  de l’association Coachpro-Occitanie, association de promotion du coaching et du développement personnel, et j’adhère à la charte de déontologie de l’association.

En tant que coach, je fais partie d’un groupe de supervision et je suis suivie par un superviseur individuel.

 

Votre enfant a des blocages en maths? C’est ici

Votre enfant manque de motivation, de méthodes? C’est bientôt ici

Tu es étudiant en classes préparatoires et tu galères en maths, tu manques de méthodes? C’est ici

Vous êtes professeur et vous vous posez des questions sur votre vie professionnelle? Partir ou rester? C’est ici