Importance de la motivation dans les études en classes préparatoires

Alors que les inscriptions post bac s’achèvent, j’invite les futurs étudiants à prendre un temps de réflexion sur leurs choix.

Le point clé dans la réussite des études (mais pas uniquement, de n’importe quelle entreprise en fait) c’est la motivation.

Avant de se lancer dans des études en classes préparatoires,  qui sont des études particulièrement exigeantes, pendant l’été qui précède par exemple, il est primordial de se demander pourquoi on a choisi cette voie, et pour quoi.

Une bonne façon de procéder est de se projeter plusieurs années en avant (dans 5 ou 10 ans), en s’imaginant où on vit, (ville, campagne, France, étranger, appartement, maison) ; avec qui, où on travaille, (salarié, indépendant, dans une grande entreprise, ou pas, dans un bureau, des déplacements), à quoi on passe son temps professionnel (soigner, écouter, inventer des choses, développer des projets, diriger une équipe, écrire), à quoi on passe son temps non professionnel… Et d’essayer de ressentir, dans son corps, si on est à l’aise avec ce projet. Car le corps ne ment pas, si on sait l’écouter.

On peut également visualiser ou imaginer l’année qui vient. Réaliser que cette année va   être enrichissante, qu’on va apprendre plein de choses, académiques mais pas uniquement. On va également apprendre à faire face à une grande quantité de travail, à s’organiser, à gérer le stress, à mieux se connaître aussi. Et en même temps cette année va être difficile. Il ne faut pas se leurrer. On va se retrouver, souvent pour la première fois, en situation “d’échec” (on commence souvent l’année par de mauvaises notes).

Il est important de se dire qu’on est là pour apprendre, et pour se préparer au concours.

Une des motivations-clé est  la réussite aux concours. Tout ce qui va se passer pendant ces deux ans sont des étapes vers ce but. Les mauvaises notes éventuelles, les déceptions, ainsi que les bonnes notes, les réussites sont des étapes préparatoires pour les concours. Ce qui compte, c’est ce qu’on fera le jour du concours. Tout le monde n’avance pas au même rythme, il faudra donc éviter de se comparer aux autres, et avancer à son rythme, rythme soutenu quand même.

Certains vont en classes préparatoires pour reculer le moment du choix, pour continuer les matières qu’ils aiment. Si c’est la seule motivation, cela risque d’être compliqué. Car en classes préparatoires, on est dans un environnement contraint, même si c’est un environnement choisi. On ne peut pas choisir son rythme, ni décider des matières qu’on va privilégier, ni décider d’approfondir telle matière plutôt qu’une autre. Il y a un cadre de travail strict et exigeant, et il faut suivre le rythme imposé. Il est donc préférable de resituer ces études dans la perspective d’un concours.

Par contre, ne pas non plus se focaliser sur un seul concours. Pour relâcher la pression, c’est important d’avoir un plan B. Si on est en classe préparatoire pour intégrer l’Ecole Polytechnique ou HEC, dans le cas où le but paraît compromis (par exemple on ne se retrouve pas dans les premiers de la classe), le découragement peut s’installer rapidement. Intégrer l’Ecole Polytechnique ou HEC doit n’être qu’un moyen pour un autre but. Et ce but, il y a d’autres mamières de l’atteindre, même si pour l’instant, on met son énergie dans cette seule façon.

Une fois l’objectif défini, il ne faudra pas trop s’obnubiler et pratiquer une forme de “lâcher-prise”, afin tout simplement d’être efficace.

Je cite un extrait du livre “le principe LOL²A” de René Egli,  qui peut servir de règle de conduite en classes préparatoires.

Accepter l’état présent  (j’ai du travail, des horaires stricts, je ne peux pas m’amuser autant que je voudrais)

Ne jugez pas  (je ne me juge pas, ni mes réussites, ni mes échecs, ni moi, ni les autres)

Ne pensez pas au chemin  (je sais que je suis en chemin, mais je prends chaque jour l’un après l’autre, je ne me dis pas que “deux ans” c’est long, ni que “plus qu’un mois c’est court”)

Ne luttez pas pour le but ou contre l’état présent  (je ne me crispe pas, je travaille sérieusement et régulièrement mais je ne suis ni euphorique, ni désespéré)

Ne vous concentrez pas sur le but  (au quotidien, je ne m’évalue pas sur ce qu’on attend de moi le jour du concours)

Ne doutez pas d’atteindre le but (je suis sûr d’y arriver, à ce but ultime).

C’est un mouvement un peu complexe, où il faut à la fois savoir pourquoi on est là, et en même temps ne pas y penser quotidiennement.

 

Quelques citations sur la motivation que j’aime bien et qui peuvent trouver leur sens pendant vos études en classe préparatoire:

 Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure façon d’aller de l’avant.  Paulo Coelho

Ne craignez pas la perfection, vous n’y parviendrez jamais. Salvador Dali

Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez lorsque vous détournez les yeux de vos objectifs. Henry Ford

Pour pouvoir contempler un arc-en-ciel, il faut d’abord endurer la pluie. Proverbe chinois

La plus grande erreur que vous puissiez faire, dans la vie, c’est d’avoir peur de faire des erreurs. John Fitzgerald Kennedy

Se lamenter sur un malheur passé, voilà le plus sûr moyen d’en attirer un autre. William Shakespeare